Accueil > Autour de moi > Cimetière militaire allemand de Wavrin
Construction funéraire
Cimetière militaire allemand de Wavrin

A l'origine, le cimetière communal de Wavrin entourait l'église comme c'était le cas pour de nombreux villages. En 1864, il était devenu trop petit et on choisit un terrain excentré pou r y implanter un nouveau cimetière. C'est dans celui-ci que les allemands décidèrent dans un premier temps d'y inhumer leurs soldats tués. Ils ont choisi une parcelle libre située à gauche de l'allée principale.

Dés 1917 ils choisissent un nouvel emplacement de l'autre coté de la route. A l'issue du conflit tous les soldats allemands qui restaient encore dans le cimetière communal furent exhumés et ré enterrés dans le cimetière militaire avec leurs collègues.

Ce cimetière compte 976 tombes et son entretien est assuré par une société dépendant du ministère des anciens combattants.

Aucun soldat de la seconde guerre mondiale n'y est inhumé.

L'Etat Major basé à Wavrin témoigne de la stratification du commandement des troupes d'occupation, intermédiaire entre le front et l'Etat Major de Lille. C'était le haut lieu du commandement local des soldats à l'arrière du front dans la commune de Wavrin. Les allemands avaient choisi une demeure située rue de Fournes (aujourd'hui rue Jean Moulin) pour y établir leur Etat Major. Cette demeure a reçu maintes fois la visite d'un soldat à vélo qui y apportait le courrier destiné aux soldats mais aussi les ordres reçus ou à transmettre entre les soldats du front et ceux de l'arrière. Ce soldat était Adolf Hitler. Il connaissait donc bien la commune de Wavrin.

La Kommandatur avait choisi un autre bâtiment, et non des moindres, puisqu'il s'agissait de château de l'industriel Peucelle, une demeure cossue et parmi les plus belles du village. Les Peucelle n'avaient pas eu le choix. Ils ont été obligé de vivre dans quelques pièces laissant le reste de la propriété aux allemands. D'ailleurs c'était souvent les plus belles demeures qui étaient choisies. Un autre bâtiment a aussi servi de Kommandatur rue de Sainghin.

C'est là que les wavrinois devaient se présenter en cas de demande explicite auprès des autorités allemandes, laissant le bâtiment de l'état major à des fins militaires. La Kommandatur assurait l'ordre, veillait au respect des lois imposées par les allemands, instaurait si nécessaire un couvre feu et donnait la chasse à ceux qui ne respectaient pas cette loi.

En 1918 les allemands doivent évacuer. Ils ne le font pas sans regret et par vengeance détruisent de nombreux bâtiments comme l'église par exemple. Le château des Peucelle est dynamité provoquant l'écroulement de ses murs et l'affaissement de l a toiture sur les décombres. Ce château sera toutefois reconstruit en 1924 presque à l'identique.

Crédits textes : Didier DELAVAL

A voir également : le monument dans le cimetière communal de Wavrin élevé en mémoire des 16 cheminots tués le 9 octobre 1914 lors du mitraillage par les troupes allemandes du train transportant le personnel du chemin de fer évacué de Lille. 14 sont inhumés de part et d'autre du monument.


Voir la suite
Deal iconBons plans aux alentours
Commerces autour de ce lieu
Soyez le premier à commenter
Laissez un avis
Notez ce lieu
Cliquez pour noter